Avez-vous une question ?
 
Faisons de la transition énergétique notre priorité.
6 décembre 2021 5 min
Juliette Lerch

Spécialiste durabilité
-

Les bâtiments sont un point central de la transition énergétique. Une part importante de l’énergie consommée en Suisse leur est destinée et ils sont à l’origine d’une grande quantité d’émissions de gaz à effet de serre. Comme nous l’avons vu dans les articles précédents sur les quartiers durables ou sur l’architecture bioclimatique, la construction de bâtiments regorge de potentiels d’économie d’énergie. Nous vous présentons dans cet article deux exemples de bâtiments exemplaires : le Palazzo Positivo à Chiasso et la future école de Meyrin.

Le Palazzo Positivo : un bâtiment à énergie positive

Un bâtiment qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme, est-ce possible ? Eh bien oui ! Pour cela, il faut se rendre à Chiasso au Tessin pour admirer le bien nommé « Palazzo Positivo ». Cet immeuble de huit étages comprenant 19 appartements a été construit en 1965. C’était auparavant un véritable gouffre à énergie : il consommait 502'900 kWh par année. Les propriétaires ont souhaité inverser la tendance et transformer leur immeuble en bâtiment à énergie positive (qui produit plus que ce qu’il consomme). Il a donc été rénové en 2012-2013 selon le standard Minergie-P/Maison passive.

Les propriétaires ont ainsi misé sur une isolation thermique ultra performante, qui a permis de réduire les pertes d’énergie de 88%. Les besoins en énergie du bâtiment ont ainsi pu être drastiquement réduits. Pour produire l’énergie nécessaire au bon fonctionnement du bâtiment, il a été décidé de miser intégralement sur l’énergie solaire : des panneaux photovoltaïques ont été installés sur le toit et les façades, et une installation solaire thermique a été installée sur le toit.

Ensemble, ces installations produisent 71’100 kWh par année, ce qui fait que le Palazzo Positivo a une autosuffisance de 114% : il produit donc annuellement 14% d’énergie en plus que ce qu’il n’en consomme. L'excédent d'énergie solaire de 8'660 kWh/an est injecté dans le réseau public, représentant l’équivalent de la consommation de 5 voitures électriques qui parcourent 17'000 km par an.

L’exemple du Palazzo Positivo nous montre qu'un concept énergétique intelligent peut également transformer un bâtiment urbain existant et gros consommateur en un bâtiment à énergie positive exemplaire. Le Palazzo Positivo a ainsi reçu le prix solaire suisse en 2014.

Une école durable en devenir à Meyrin

Le Canton de Genève voit grand pour ses écoles : il va construire un complexe scolaire qui accueillera 1400 élèves âgés de 15 à 20 ans ainsi que 200 collaborateurs dès la rentrée 2026 à Meyrin. Pour un tel bâtiment, on s’attend à première vue à un immense complexe, mais le Canton a vu les choses différemment, la future école se veut être « une ville dans la ville », et durable de surcroît.

Afin de contrebalancer l’effet de masse d’un bâtiment pouvant accueillir 1400 élèves, le futur établissement a été conçu comme une ville. L’école se composera donc d’un seul bâtiment bas et étendu, percé de quatre patios permettant d’amener de la lumière naturelle à l’ensemble des espaces de vie. Telle une mini-ville, il contiendra des rues, des places et des quartiers regroupant plusieurs classes. Ces espaces pourront être utilisés par chacun en fonction de ses envies. Le bâtiment a été pensé pour limiter son impact sur le paysage : son gabarit bas permet de préserver la vue des habitants des logements voisins sur le Jura et les paysages avoisinants. L’établissement comprendra également une salle omnisport qui sera construite en partenariat avec la Ville de Meyrin et pourra accueillir 1500 spectateurs. D’ici une dizaine d’années, un pôle culturel communal complétera l’ensemble.

Des critères de durabilité ambitieux

Une construction d’une telle ampleur est une nouveauté pour le Canton. Il a ainsi choisi d’innover, et a imposé pour la première fois de manière très détaillée et contraignante des aspects de développement durable dans le cahier des charges du concours d’architecte. 66 projets ont été reçus par le Canton, qui a choisi le projet nommé « Villeneuve » d’un bureau d’architecte genevois. En mettant la durabilité en avant dans ce projet de construction, les autorités cantonales souhaitaient rappeler que le Canton se doit d’être exemplaire en matière de durabilité.

batiments-ecologiques

Les critères fixés afin de garantir la durabilité de l’établissement sont nombreux. Ils touchent à différents aspects, tels que :

  • L’impact environnemental des matériaux (matériaux recyclés, prise en compte de leur énergie grise, réflexion sur la déconstruction, etc.), le maître de l’ouvrage souhaite valoriser le bois dans cette construction ;
  • L’impact environnemental des phases du chantier (y compris la gestion des déchets de chantier) ;
  • L’impact environnemental de la mobilité des usagers du bâtiment ;
  • Le bilan carbone du projet : émissions de gaz à effet de serre liées au chantier, aux matériaux et à l’exploitation du bâtiment ;
  • Le concept énergétique (consommation minimale d’énergie) : le projet doit s’intégrer dans la politique énergétique ambitieuse du canton de Genève et de la Ville de Meyrin, et satisfaire une performance THPE (très haute performance énergétique), proche de Minergie P ;
  • L’intégration de la biodiversité dans le projet ;
  • La gestion de l’eau ;
  • La santé et le bien-être : choix de l’implantation du bâtiment, sélection des matériaux, phase d’exploitation (qualité de l’air, limitation des problèmes de surchauffe dans les classes via une ventilation naturelle, etc.).

Jusqu’alors, les aspects de durabilité relevaient de la déclaration d’intention dans les concours d’architecte. Ce projet d’école se veut donc pionnier en la matière. Actuellement en cours de planification, espérons que l’intégration de l’ensemble de ces critères dans ce projet de construction permettra d’ancrer dans la réalité les problèmes environnementaux auxquels nous faisons face actuellement, en plus d’offrir une bonne qualité de vie et une satisfaction à ses usagers.

Des bâtiments durables toujours plus nombreux ?

La transition énergétique et climatique ainsi que la durabilité étant désormais des priorités absolues pour de nombreuses collectivités publiques, d’autres propriétaires et maîtres d’ouvrage pourraient suivre cette même voie, et intégreront en amont des projets de rénovation ou de construction des critères ambitieux en matière de consommation énergétique et de durabilité. Le parc immobilier tendra alors vers un avenir toujours plus vert et plus durable, comme cela a été fait à Chiasso et à Meyrin !


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

* Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Share on Linkedin Share on Twitter