Avez-vous une question ?
 
Assurez-vous de ne rien oublier !
13 juillet 2020 4 min
Christian Rod

Expert
Indépendant

L'énergie photovoltaïque est actuellement en plein essor. Cette technologie possède beaucoup d'avantages. Parmi ceux-ci, on peut citer son caractère renouvelable, sa capacité à s'intégrer facilement dans l'environnement bâti ainsi que sa proximité avec les lieux de consommation. Mais sa principale spécificité est probablement le fait qu'elle permette à des acteurs privés, ménages comme entreprises, de produire leur propre énergie.

Dans ce contexte, la réalisation d'une installation photovoltaïque peut s'avérer être un projet tout à fait rentable, ceci à condition d'éviter quelques pièges. Cet article décrit les principaux points auxquels faire attention avant de se lancer dans un tel projet.

Le premier de ces points concerne bien sûr la production potentielle. Celle-ci est fortement liée aux caractéristiques du toit destiné à accueillir l'installation. Une orientation au Sud permettra d'optimiser la production annuelle alors que des pans orientés à l'Est et à l'Ouest permettront plutôt de maximiser l'autoconsommation (voir un peu plus bas). Par opposition aux toits en pente, les toits plats des usines ou des entrepôts ont l'avantage de permettre de maîtriser pleinement l'orientation et l'inclinaison des panneaux.

La présence d'éléments susceptibles de produire des ombres sur la centrale photovoltaïque est également un facteur important. En fonction de leur emplacement, les cheminées, les éléments de ventilation ou encore les arbres peuvent ainsi péjorer significativement la production d'électricité.

Mais dans le cadre d'une installation solaire privée, produire l'énergie n'est pas tout. Encore faut-il la consommer. Avec la fin programmée de la reprise à prix coûtant (RPC) et son remplacement par la rétribution unique (RU), les propriétaires d'installations photovoltaïques sont encouragés à autoconsommer un maximum de leur production. Ils rentabilisent ainsi majoritairement l'investissement consenti lors de la construction de l'installation grâce aux économies qu'ils réalisent sur leur facture d'électricité. L'injection sur le réseau de la production excédentaire reste bien sûr rétribuée, mais à un niveau trop faible pour permettre à elle seule de rentabiliser l'installation.

Comparativement à la rétribution de l'injection dans le réseau de la production photovoltaïque à un tarif préférentiel, la rentabilisation par l'autoconsommation implique quelques conditions supplémentaires. La première est la présence d'une consommation suffisante sur le lieu de la production. Par exemple, la situation d'un toit d'un entrepôt susceptible d'accueillir une installation photovoltaïque importante pourrait paraître idéale. Mais l'absence quasi totale d'une quelconque consommation électrique rendrait toute possibilité d'autoconsommation impossible et réduirait ainsi grandement l'intérêt économique de cette installation. Il est néanmoins possible, sous certaines conditions, de consommer la production d'une installation dans un bâtiment proche, telle qu'une usine ou un bâtiment administratif.

Néanmoins, la seule présence d'une consommation électrique à proximité d'une potentielle installation n'est pas suffisante pour garantir un taux d'autoconsommation permettant d'en assurer la viabilité économique. Encore faut-il que consommation et production photovoltaïques soient simultanées.

considerer-panneaux-solaires

Une usine dont la consommation se concentre pendant la journée et est fortement réduite la nuit possèdent un potentiel d'autoconsommation bien plus élevé qu'une entreprise avec une consommation quasi constante. Bien sûr, il est possible de pallier un manque de simultanéité grâce à un stockage local par batterie. Mais il s'agit d'un investissement supplémentaire qui devra être rentabilisé en plus de celui lié à l'installation photovoltaïque elle-même. Le supplément d'autoconsommation rendu possible par un tel système de stockage doit donc être conséquent.

Des éléments externes, souvent négligés, peuvent aussi entrer en ligne de compte. L'état et la nature du toit sont par exemple des éléments capitaux. La durée de vie typique d'une installation photovoltaïque est de 25 ans. Si des travaux concernant le toit, tels que la réfection de l'étanchéité, sont prévisibles durant cette période, la présence de l'installation photovoltaïque entraînera des surcoûts. De même, des éventuels travaux de renforcement de la statique du toit sont également susceptibles d'alourdir fortement la facture. N'étant pas de leur ressort, ce genre de dépenses figure rarement sur les offres des installeurs.

La réalisation d'une installation photovoltaïque peut s'avérer complexe. Pour éviter les mauvaises surprises, il est nécessaire de s'entourer de professionnels expérimentés. Afin de faciliter le choix d'un prestataire, l'association faîtière Swissolar a ainsi créé le label de qualité « PROS DU SOLAIRE® ». Il est également indispensable de demander plusieurs offres. En effet, les différences peuvent être très importantes. Finalement, il peut s'avérer bénéfique de passer par un prestataire intermédiaire neutre. Celui-ci se chargera de l'étude et du dimensionnement de l'installation ainsi que de l'appel d'offre pour sa réalisation. Son expérience permettra d'éviter au maître d'œuvre d'éventuels pièges, de sélectionner le meilleur prestataire et de dimensionner l'installation au plus juste.

 


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

* Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Share on Linkedin Share on Twitter