Avez-vous une question ?
 
consommer-local
Découvrez comment consommer du «100% suisse» en matière d’énergie.
30 avril 2020 3 min
Laurent Mineau

Responsable des Marchés
Romande Energie

Plus qu’une tendance, la consommation de produits et services locaux présente de nombreux avantages tant sur le plan écologique qu’économique. En matière d’énergie, elle se traduit par la possibilité de soutenir une énergie produite dans une région donnée et selon un moyen de production choisi. Découvrez comment consommer du « 100 % suisse ».

Pour des raisons écologiques, économiques ou idéologiques, les consommateurs se tournent de plus en plus vers une consommation locale leur permettant de connaître plus simplement la réalité qui se cache derrière un produit. Dans ce contexte, une origine géographique, une méthode de fabrication ou un savoir-faire particulier peuvent aujourd’hui être des gages de qualité. Un phénomène constaté dans tous les domaines : qu’il s’agisse d’un vin d’« appellation d’origine protégée » (AOP), d’une montre labellisée « Swiss made » ou de toute « spécialité » qui rendrait un produit ou un service unique en son genre.

Dans le cas de l’énergie, deux paramètres rentrent en compte pour déterminer les spécificités d’une offre : sa provenance géographique et son moyen de production. La provenance détermine une zone géographique spécifique (le Valais par exemple), alors que le moyen de production renvoie par exemple à l’énergie solaire, hydraulique, nucléaire ou encore éolienne.

Sur cette base, tout client pourra ainsi demander une offre pour une énergie certifiée suédoise et hydraulique, allemande et éolienne ou encore suisse et solaire. En bref, toutes les options existent et dépendent de l’offre et de la demande.

Quelle énergie consomme-t-on réellement dans nos prises ?

Comme vous avez pu le découvrir dans notre article « Peut-on garantir que l’énergie soit verte ? », si l’énergie est bien produite « quelque part » et d’une certaine « façon », les lois de la physique ont encore le dernier mot en matière de pure fourniture. Ainsi, l’énergie prenant toujours le chemin le plus court pour arriver à destination, une entreprise se trouvant à proximité d’un barrage sera très certainement fournie en énergie hydraulique. De la même manière, une entreprise se situant à la frontière française pourrait se voir alimentée par de l’énergie nucléaire française, source principale de production chez nos voisins.

Mais alors, pourquoi payer pour une énergie certifiée ? La réalité qui se cache derrière n’est autre que celle d’un marché, sur lequel nous agissons tous par nos choix. Dans le cas de l’énergie, une entreprise ou une commune pourra donc, si elle le souhaite, soutenir une région ou un moyen de production en souscrivant à un contrat d’énergie incluant de garanties d’origines certifiant sa provenance et son moyen de production. La conséquence sera évidemment très bénéfique, car si 100% des clients demandaient de l’énergie verte de proximité, alors les énergéticiens seraient dans l’obligation d’y répondre en fournissant exclusivement l’énergie demandée.

Une réalité parfaitement démontrée par l’offre d’énergie TERRE D’ICI qui évolue en fonction de la demande des clients. Ainsi, en laissant le choix aux clients de soutenir une région de production solaire spécifique (Nord vaudois, Bas-Valais, La Côte, Lausanne et environs, Riviera-Chablais), Romande Energie doit également répondre à cette demande, en créant de nouvelles centrales solaires.

Soutenir une énergie solaire et locale : l’exemple de Paléo

Cette réalité a été bien comprise par le Paléo Festival Nyon qui soutient depuis des années le développement de l’énergie solaire romande dans le cadre de sa politique environnementale. Comme le souligne Antonin Gantet, Responsable Services Eau et Electricité du festival : « TERRE D’ICI est non seulement 100 % renouvelable, mais aussi locale, ce qui nous importe beaucoup. Savoir qu’une partie de notre énergie est produite sur La Côte est très positif. »

 

 

Paléo, un festival « solaire » au sens propre et figuré       © Marc Amiguet 

Primé à maintes reprises pour sa gestion des questions environnementales, le Festival nyonnais va même plus loin pour dépenser moins d’énergie : « Paléo Festival met en œuvre tous les moyens pour modérer sa consommation électrique, et plus largement son empreinte environnementale. Pas facile quand il s’agit de gérer une ville éphémère de 50 000 habitants, dont un camping accueillant 9000 festivaliers. » rappelle Antonin Gantet. En poursuivant : « Depuis ses débuts, Paléo poursuit une politique environnementale cohérente. En effet, un festival tel que le nôtre pourrait vite voir son empreinte écologique exploser. C’est pourquoi ces questions font partie intégrante de nos réflexions… et de nos budgets. Nous avons été agréablement surpris de constater que l’énergie verte et de proximité TERRE D’ICI était proposée 20 % moins chère que le précédent label. »

Le solaire : une énergie de moins en moins chère

Comme le démontre cet article, le prix de l’énergie solaire a considérablement baissé, notamment grâce à la réduction des coûts de fabrication et à l’amélioration de leur rendement. Dès lors, le marché s’est vu lui aussi chamboulé et les prix des garanties d’origines solaires ont diminué de moitié entre 2016 et 2019. Une nouvelle réjouissante donc pour les entreprises qui hésitaient à s’engager sur la voie du solaire.

En conclusion

Quand il n’est pas possible de produire soit même sa propre électricité directement sur son lieu de consommation, la souscription d’un contrat d’énergie garantissant une électricité « verte » et « locale » représente une alternative simple à mettre en œuvre et économique.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

* Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Share on Linkedin Share on Twitter