Avez-vous une question ?
 
kindercity
Découvrez ce projet exemplaire d'un point de vue écologique.
18 novembre 2019 5 min
Laurent Mineau

Responsable des Marchés
Romande Energie

Si vous avez lu notre article « Énergie : se regrouper pour payer moins cher ? », vous connaissez le potentiel des microgrids, soit la possibilité de consommer, via à un réseau privé, une énergie 100% renouvelable produite directement sur place.  Actuellement en construction à Yverdon, la Cité des Sciences Kindercity est un parfait exemple de la nouvelle orientation que prennent les entreprises en quête d’indépendance énergétique.

C’est en 2020 que Kindercity, centre ludoscientifique pour enfants et adultes, ouvrira son antenne romande à Yverdon-les-Bains. Cette véritable cité des sciences de près de 13 400 m2 s’installera au parc technologique Y-Parc. Elle prévoit d’accueillir près de 100 000 visiteurs par an. Le complexe servira aussi de centre socioéconomique regroupant des commerces, des bureaux et plus de 150 entreprises.

Le bâtiment lui-même sera exemplaire du point de vue écologique, produisant et consommant sa propre énergie 100% renouvelable. De plus, Kindercity utilisera la possibilité, offerte par la loi depuis le 1er janvier 2018, de mettre en commun les consommations et productions énergétiques locales de bâtiments voisins reliés ensemble par un micro-réseau privé appelé microgrid. Cette nouvelle solution présente des intérêts économiques et écologiques importants. Elle permettra une gestion énergétique globale et optimisée de tout le quartier.

Mais le progrès ne s’arrête pas là. Les innovations futures telles que les batteries de stockage, le pilotage intelligent du réseau ou encore l’intégration de bornes de recharge pour véhicules électriques feront de Kindercity un complexe immobilier à la pointe de la technologie.

Le projet en quelques chiffres :

  • 33 consommateurs pour 1 réseau
  • 13 400 m2 de surface à construire
  • 380 000 kWh production annuelle
  • 38% d’autonomie en énergie verte

article-blockchain-energie


L’interview d’Anne Haspel, directrice d’EXPLORiT

 

Pourquoi avoir opté pour un microgrid ?

Nous n’avions pas encore connaissance de cette nouvelle technologie au commencement du projet. C’est lors d’une discussion avec l’équipe de Romande Energie que l’idée nous a été soumise par le chef de projet. Cette proposition nous a beaucoup plu car elle était en quelque sorte la « traduction » sur le plan énergétique de l’avancée scientifique et technologique que nous valorisons à EXPLORiT.

Le microgrid influence-t-il positivement l’image du quartier ?

Nous le découvrirons bien évidemment une fois le projet finalisé, mais j’imagine qu’il jouera un rôle important. Cependant, le Microgrid n’est pas évident à concevoir et à matérialiser pour nos visiteurs. Aussi, nous avons prévu d’expliquer son fonctionnement via des panneaux didactiques expliquant en quoi tout notre réseau sera connecté, notamment avec les panneaux solaires qui couvriront nos toitures.

D’autres démarches écologiques ont-elles été entreprises ?

Absolument. De notre point de vue, il était fondamental que le projet soit complet et cohérent. En complément du Microgrid, qui inclura déjà des panneaux solaires photovoltaïques et une batterie de stockage, nous ferons également labeliser EXPLORiT « Minergie P », qui désigne et qualifie les constructions à très basse consommation d’énergie, offrant le plus haut niveau en termes de confort et d’efficacité énergétique.

Enfin, pour rendre la démarche encore plus explicite et visible, nous prévoyons d’installer des fleurs solaires et arbres à vent autour du bâtiment.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

* Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Share on Linkedin Share on Twitter

Comprendre la bourse de l’énergie

Téléchargez notre livre blanc